versdejour

Auvergnat, marié à une Champegnoise, mon aventure avec les Faux a commencé lorsque mon Beau-Père mentionnait ardemment ces arbres tortueux qui poussaient non loin de Reims. A force d’en entendre parler un jour je lui demandais de m’y conduire. Nous étions en Juillet 1984.

 

La visite ne fut pas une révélation. En été ces arbres se cachent sous leur feuillage en forme de parasol et laissent peu voir leurs dessous … ! à moins de se mettre à quatre pattes, et là, seulement là leurs belles formes se révèlent . Je n’avais pas trop insisté, fait 2 ou 3 images à la volée .

 

L’hiver suivant , ces photographies trottaient dans ma tête et je retournais visiter les Faux. Ce fut une passion immédiate. Je parcourais la forêt dans tous les sens autour de la piste forestière qui traversait alors la réserve découvrant l’infinie variété des troncs et des branches et leur pouvoir subjectif tellement puissant.

 

En décembre 1984 je commençais donc une recherche en Noir & Blanc et au moyen format (6x6). Au bout de plusieurs séances de prises de vues m’apparu l’idée de tenter d’isoler ces arbres de leur contexte. De jour la technique photo est quand même limitée pour arriver à ce propos.

Début 85 dans mon laboratoire je tirais ces premières photos et en regardant un négatif je compris comment faire. Il me faut préciser qu’à l’époque je travaillais beaucoup avec des compagnies de théâtre et de danse. L’ambiance feutrée des salles où n’existe que l’éclairage de la scène m’apporta la solution.  Travailler dans la forêt de nuit et y créer mes propres lumières.

Plongés dans l’obscurité, éclairés partiellement, les Faux nous emmènent dans d’autres univers. Angoissants pour certains, gais et dansants pour d’autres.

 

Cette technique de prises de vues avec un flash qui n’éclaire que les parties des arbres que je choisissais fut assez vite mise en place. En avril et mai 85 je passais plusieurs nuits pour créer les images rêvées. Et envisager un premier livre qui ne verra le jour qu’en 1999 après moult rebonds, atermoiements et retards.

 

En mai 1986 j'exposais pour la première fois ces photographies en Noir & Blanc dans le cadre du Mois de la Photo à Reims.